Pourquoi l’économie circulaire peut-elle aider les acteurs du BTP ?

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

« L’économie circulaire est un système de production, d’échanges et de partage permettant le progrès social, la préservation du capital naturel et développement économique tel que défini par la commission de Brundtland. 

Son objectif ultime est de parvenir à découpler la croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles par la création de produits, services, modèles d’affaire et politiques publiques, innovants prenant en compte l’ensemble des flux tout au long de la vie du produit ou service. 

Ce modèle repose sur une utilisation optimum des ressources et sur la création de boucles de valeur positives. Il met notamment l’accent sur de nouveaux modes de conception, production et consommation, le prolongement de la durée d’usage des produits, la réutilisation et le recyclage des composants.»1 

Source: « économie circulaire« , ADEME

Le 23 avril 2018, le gouvernement Macron présentait une feuille de route en faveur de l’économie circulaire dans le BTP2. A l’époque, le premier ministre Édouard Philippe avait axé son projet principalement sur les déchets rejetés par les entreprises du BTP. Objectif, réduire de 50% ces rejets de déchets d’ici 2050. Tout le monde s’accorde cependant à dire que même si l’objectif est ambitieux, il manque des éléments pour que la mesure soit pleinement efficace : l’implication de l’ensemble de la chaîne des acteurs.  

Intéressons-nous donc à un maillon de cette chaine : les chantiers et leurs engins. Si le premier levier de réduction des émissions dans le BTP est bien la réutilisation des déchets issus de la démolition, d’autres leviers clés sont les synergies et la mutualisation des ressources. Nous parlons ici des synergies entre les acteurs du BTP et non des synergies que vous pouvez développer au sein d’une construction (boucles énergétiques, réseau de chaleur, etc.).  

La mutualisation des ressources sur un chantiers peut s’opérer sur plusieurs postes. Nous nous intéresserons ici aux engins de TP. Dans ce secteur, une règle est d’or : il faut posséder les engins les plus stratégiques pour l’entreprise, même si ces derniers ne fonctionnent que quelques mois par an. Imaginez le coût pour une entreprise ! A l’heure ou le COVID nous a contraint à rester chez nous pendant plusieurs mois, une machine non exploitée ne servant plus et devant être amortie est un gouffre pour toute entreprise. Nous estimons que l’amortissement journalier d’un engin de type petite pelle est de l’ordre de 300€ pour une entreprise. Multiplions ceci par le nombre d’engins immobilisés sur une période indéterminée et les amortissements peuvent vite devenir difficilement soutenables. Il est donc nécessaire de revoir les logiques d’approvisionnement et envisager des achats responsables et une mutualisation des ressources

Source: « 15 leviers pour agir« , de l’alliance HQE-GBC

Alors comment réduire l’impact des engins sur un chantier et comment s’assurer que vous exploitez vos engins à leur maximum ?

 

En favorisant la location entre acteurs du BTP de leurs engins.  

Imaginons que vous disposiez d’un engin disponible sur une période donnée. cet engin vous coute environ 300€/jour d’amortissement. Cet argent est un « coût irrécupérable », que vous occupiez l’engin ou non.  

Imaginons maintenant que vous louiez votre engin à une entreprise qui en exprime le besoin. Vous pourrez le louer à cette dernière, à cette dernière et au travers de notre plateforme. Vous couvrez ainsi vos frais d’amortissement et votre engin continue d’être exploité. A l’inverse, si vous recherchez un engin pour un chantier, notre plateforme vous proposera les engins les plus proches du chantier. Réduire l’impact de vos engins c’est aussi minimiser les transferts !

Les grands loueurs professionnels ont amorcé le changement de mentalité dans le BTP il y a quelques années en externalisant les actifs. Les entreprises n’ont ainsi plus à acheter tout leur matériel, mais peuvent en louer une partie. Une nouvelle étape pourrait donc être la mutualisation des ressources entre tous les acteurs de ce secteur pour garantir :  

  • Une mise à disposition d’engins proches de votre chantier, 
  • Une découverte de nouveaux acteurs offrant la possibilité de nouvelles relations commerciales.  

En faisant ainsi, vous vous assurez donc que votre engin est toujours en activité (hors périodes d’entretien ou de transfert) et que cette activité couvre vos frais.  

En tant que professionnel du BTP, vous pouvez vous concentrer sur vos chantiers sans vous inquiéter du taux d’utilisation de vos engins.  

Au final, tout le monde y trouve son compte. Que l’on soit celui qui opère le chantier ou celui qui propose son matériel. L’environnement y est également gagnant car nous maximisons le taux d’utilisation d’un engin déjà en service et évitons un investissement qui mettra plusieurs années à être rentabilisé.  

De fait, l’économie circulaire peut apporter une vraie aide aux acteurs du BTP et contribuer, par la même occasion, à une baisse des rejets dans l’environnement liés à l‘acquisition de nouveaux moyens matériels.  

1.  Economie circulaire du concept à la pratique. 

2. Economie circulaire les 5 mesures qui impacterons le BTP. 

Lectures intéressantes sur l’économie circulaire et le recyclage des déchets dans le BTP:  

 

Economie circulaire dans le BTP.

Economie circulaire du bâtiment 20millions d’euros débloqués.

Inscrivez vous à notre Newsletter

Informations Nouvelles Conseils

Avis utilisateurs

Aucun avis n’a été donné pour le moment. Soyez le premier à en écrire un.

Consulter nos articles dans la même catégorie

Informations utiles

Louer ou mieux planifier ?

Nous l’avons expliqué dans de précédents articles (optimisation des ressources, Pourquoi l’économie circulaire peut-elle aider les entreprises du BTP) , que louer est une alternative